Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 avril 2015

L'Europe ne protège pas les Européens

L'Europe vient d'autoriser 19 OGM ce vendredi 25 Avril 2015.

L'Europe ne nous protège donc pas, elle protège l'argent, le fric, les sociétés d'abord, en ayant fait ce choix.

On peut se demander "qui est L'Europe" en définitive ?

Et en répondant à la question, force est de constater qu'il s'agit d'une poignée de gens "au service" des grandes industries, et pas au service des citoyens Européens.

Un "élu" est un représentant du peuple "au service" de celui qui l'a élu, et pas l'inverse.

Ces "élus décideurs" semblent ne pas s'en souvenir et confondre le rôle que nous leur avons donné avec celui qu'ils croient devoir jouer.

Un article ci-dessous, du Figaro, retrace l'épisode du vote Européen pour les OGM.

Petit bémol, il existe la possibilité pour chaque état Européen de "refuser" les OGM en question.

Nous allons bien voir là, si notre beau pays, la France, et ses élus, à notre service, vont cette fois se saisir de cette occasion et interdire ces OGM dans notre pays !

Ce sera là, la preuve incontestable de la préférence de la France à préserver notre santé, en premier, ou l'économie, le fric.

Nous allons bientôt nous en rendre compte, et nous pourrons alors dire si la France est une "démocratie" ou une "démocrassie" !

Patience et bonne lecture.

==================================================

Le lien : Le Figaro

L'Union européenne autorise 19 OGM et met tout le monde en colère

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

 

Le feu vert donné par la Commission n'est pas du goût des États opposés aux organismes génétiquement modifiés. Le projet de réforme qui l'accompagne fâche les États-Unis et l'industrie chimique.

C'est une décision qui ne satisfait presque personne. L'Union européenne a autorisé ce vendredi l'importation et la commercialisation de 19 organismes génétiquement modifiés (OGM), sans que les Etats membres ne se soient mis d'accord sur une proposition de réforme leur permettant d'interdire ces fameux OGM sur leur territoire respectif. La France, les écologistes et les Etats-Unis sont vent debout contre cette autorisation immédiate, qui s'impose à tous les pays. Explications.

C'est quoi ces OGM?

L'autorisation concerne 19 organismes génétiquement modifiés (OGM), dont 17 destinés à l'alimentation animale et humaines et 2 sont des fleurs, des œillets précisément. Dans la liste figurent onze produits de la multinationale américaine Monsanto - plusieurs variétés de soja, maïs, colza et coton - et huit autres sont des produits de la firme américaine Dupont et des groupes allemands Bayer et BASF.

Pourquoi la Commission les autorise-t-elle maintenant?

Ces demandes d'autorisation étaient en attente depuis plusieurs années. Mais les Etats membres n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur leur importation et leur commercialisation. Aucune majorité qualifée ne s'étant dégagée, c'est donc la Commission qui a hérité de la décision finale à prendre et qui a donné son feu vert. Résultat, l'autorisation de ces 19 OGM est immédiate, vaut pour dix ans et s'impose à tous les Etats, y compris à ceux qui s'y sont opposés.

Mais que faire si un pays ne veut pas de ces OGM? Pour rassurer les 19 Etats anti-OGM, la Commission vient de proposer, il y a tout juste deux jours, une réforme qui permettrait à la fois de rendre plus facile l'importation d'OGM au niveau européen tout en permettant aux Etats membres qui le souhaitent d'en interdire ou d'en restreindre l'utilisation sur leur propre territoire. Autrement dit, si les gouvernements européens approuvent cette réforme, chacun pourra ensuite faire ce que bon lui semble sur son territoire.

Selon un responsable européen impliqué dans le dossier, le président de la Commission «était obsédé par l'accumulation d'autorisations d'OGM bloquées». Jean-Claude Juncker a donc «fait sa proposition et a lancé les autorisations sans attendre que les Etats prennent position. Si sa proposition est rejetée, il aura beau jeu de dire qu'il a présenté une solution et que les Etats et le Parlement ne sont pas capables de s'entendre», explique ce responsable.

Les écolos dénoncent «un cadeau aux lobbies»

Pour les Verts, cette proposition n'est qu'hypocrisie: même si chaque Etat membre a la liberté d'interdire les OGM sur son sol, ces derniers pourront facilement se retrouver dans nos assiettes, disent-ils en substance. «Dans une zone de libre circulation des marchandises, la possibilité laissée aux Etats d'interdire ensuite ces OGM sur leur territoire est un leurre», écrivent les deux porte-paroles d'EELV, Julien Bayou et Sandrine Rousseaux, dans un communiqué. «Les porcs et les jambons produits avec des aliments transgéniques en Pologne ou en Espagne se retrouveront sans aucune difficulté dans les rayons des grandes surfaces des autres pays. Il n'y aura en effet aucune possibilité de mettre en place des contrôles efficaces», estiment-ils. Pour EELV, «l'acceptation d'un tel système par les dirigeants européens est non seulement un cadeau fait aux lobbies mais également une insulte faite aux consommateurs européens majoritairement opposés à la consommation d'OGM». L'eurodéputé écologiste français José Bové s'est pour sa part déclaré «scandalisé» par cette décision et a appelé le Premier ministre français Manuel Valls à «se montrer très ferme en interdisant ces OGM en France».

La proposition fâche aussi la France et les Etats-Unis

Moins critique, la France, via sa représentation permanente à Bruxelles, a dénoncé la manière d'agir de l'Europe, sans se prononcer sur le fond: «Dix-sept OGM alimentaires autorisés par la Commission sans attendre un accord du Conseil et du Parlement européen sur sa proposition de réforme, ça signifie qu'elle est inutilisable et donc que c'est une fausse option», a jugé sur Twitter l'ambassadeur adjoint, Alexis Dutertre.

 

Pour des raisons complètement différentes, les Etats-Unis se sont opposés à aux nouvelles règles envisagées par l'UE. «Nous sommes satisfaits que la Commission agisse sur des demandes qui lui avaient été soumises il y a longtemps mais ce n'est pas un remède de proposer aux Etats membres de pouvoir interdire des produits qui ont été jugés sans risques par les propres scientifiques de l'Union européenne», a poursuivi M. Mullaney.

Les entreprises transgéniques applaudissent

Les représentants du secteur ont en revanche salué une mesure très attendue. «Les éleveurs européens utilisent beaucoup les produits des cultures génétiquement modifiées pour l'alimentation de leur bétail et il est important de leur accorder la liberté du choix», a affirmé l'association européenne EuropaBio. «Il y a plus de 40 demandes d'OGM supplémentaires pour l'importation encore en suspens dans le système», a insisté l'association des producteurs de biotechnologies, qui représente notamment les intérêts de Monsanto et Bayer.

OGM: où en est-on?

Cette décision porte à 75 le nombre des OGM pour l'alimentation animale et humaine autorisés à l'importation pour la commercialisation dans l'UE. Un seul OGM est actuellement autorisé pour la culture, le maïs MON810 de Monsanto. Le tourteau de soja est la principale source de protéines pour le bétail. L'UE en a importé 18,5 millions de tonnes en 2013, selon les données de la Commission. 90% des importations proviennent de quatre pays - Etats-Unis, Brésil, Argentine et Paraguay - et sont génétiquement modifiés.

Le figaro Premium

Le Figaro en illimité et un plaisir de lecture inédit
dans votre nouveau rendez-vous avec l'information.

1 mois offert sans engagement
  • journaliste
  • 602 abonnés

AFP agence

 

Réagir à cet article

 

166 commentaires

  • Le problème n'est pas scientifique , mais humain. Scientifiquement, on peut aussi modifier génétiquement des embryons humains. Pour une bonne cause, bien sûr. Mais les citoyens sont-ils d'accord ? et s'ils ne le sont pas , les scientifiques (ou les économistes...) ont-ils raison d'insister ?
    Il ne suffit pas qu'une technologie soit opérationnelle et sans risques pour l'imposer contre l'avis de la majorité de la population

  • Il y a plusieurs façon de prendre une décision :
    Se baser sur ses émotions, ses croyances, ses peurs, sa paranoia..
    Ou se baser sur la raison en analysant les faits objectifs. Les faits sont la et incontestables : malgré plus de 2000 études indépendantes, on a jamais pu démontrer que les OGM présentait un risque quantifiable pour la santé ( ils sont plus sur que certains produits dit bio qui peuvent être contaminés par des germes et pollué par des toxines ).
    Mais la plupart des gens trouvent trop fatiguant de réfléchir et préfèrent croire qu'un lobby d'industriel est prêt à empoisonner la planète pour s'enrichir. Pendant ce temps on fait mourir des milliers de gosses dans le tiers monde, faute d'accès à des aliments OGM qui pourrait les nourrir et limiter leur carence vitaminique..

  • j'ai lu une partie des commentaires et personne ne traite de la question religieuse qui me parait fondamentale, ni de la supposé stérilité des ogm. Il faut monter le niveau la !!!

  • Avatar Abonné

    Il n'y a aucune différence entre les plantes sélectionnées et obtenues par croisements et les OGM. Nos décideurs feraient bien de revenir à l'école pour apprendre le B, A BA de la génétique. Mais les thuriféraires de tout ce qui contre sans être jamais pour, nous coûterons des milliards en ne facilitant pas la recherche et en nous rendant dépendant de laboratoires qui eux en bénéficieront. L'ignorance en ce domaine est coupable.

  • Avatar Abonné

    Je ne vois pas de différences de fond entre les OGM et les plantes et animaux sélectionnés par l'homme depuis quelques millénaires. Il ne s'agit de la mise en œuvre de techniques nouvelles plus efficaces mais les résultats sont de même nature. Dans tous les cas, on obtient des organismes qui n'existaient pas dans la nature (Chihuahua, pommes golden, fraises gariguettes, ...).
    Les écolo-gauchistes me paraissent de très loin beaucoup plus nuisibles à l'humanité que les OGM.

  • Preuve encore que la démocratie, surtout européenne, est un leurre. La plupart des citoyens et même des dirigeants sont contre, et pourtant ça se fait petit à petit. A se demander qui détient le véritable pouvoir de changer le quotidien. Quand les gens vont-ils se réveiller ????

  • les prédateurs autorisés et ce ne sont pas les petits bras gesticulants, et les sourcils froncés de M. VALLS qui feront reculer l'U.E. et les USA. les loups sont entrés dans la bergerie, prosternons nous devant notre Seigneur d'U.E., c'est ça la démocratie nous avons voté pour l'U.E. rien ne sert maintenant de vociférer contre notre propre volonté.

  • Alors que 80% des Français sont contre les OGM, la commission européenne passe outre et impose 19 produits génétiquement modifiés dans nos assiettes. Entre le TAFTA et ceci, où est la place de la démocratie dans cette Europe des lobbies ?

    À propos des OGM et de ce nouveau déni de démocratie, voici un article instructif de l'UPR :

    http://minilien.fr/a0pqwg

  • La France et d'autres pays devraient élire des députés européens souverainistes pour que l'UE se remette un peu en question.

  • Il faut absolument revenir au tout naturel. Pas d'OGM, pas de pesticides, pas d'herbicides, pas d'engrais chimiques, pas de . . . . C'est la seule solution pour l'humanité de survivre.
    Une souris n'inventera jamais la souricière, mais l'homme l'a fait en se suicidant par la chimie.

 

16:37 Écrit par Beonard | Commentaires (0)